Le bandeau publicitaire – Retour à l’accueil de promotion

Le formats le plus utilisé est sans contexte la bannière publicitaire. Elle représentait, en 2000, plus de 75% de l’achat d’espace sur Internet. La bannière est vue et untilisé comme lien malgré un taux de clic moins de 1 % en moyenne.

Néanmoins, nous pouvons constater que ce pourcentage baisse régulièrement. Aux USA, les bannières ne représentent ainsi que 50% de l’achat d’espace. En revanche, les autres formes de publicité telles que le sponsoring ou l’e-mail se développent fortement.

Standard de bannière publicitaire selon l’IAB

NOM

Full Banner

Full Banner with Vertical Navigation Bar

Half Banner

Vertical Banner

Button 1

Button 2

Square Button

Micro Button

FORMAT

468 X 60 Pixels

392 x 72 Pixels

234 x 60 Pixels

120 x 240 Pixels

120 x 90 Pixels

120 x 60 Pixels

125 x 125 Pixels

88 x 31 Pixels

UNE BANNIERE POURQUOI FAIRE ?

1. Création de trafic sur le site : 60% de la création de trafic générée par une campagne a lieu dans les 10 jours suivant l’exposition du bandeau. Si les taux de clic sont relativement faibles (0,4% en moyenne française) et ne cessent de diminuer au fur et à mesure que s’estompe la curiosité de l’internaute pour le Web, ce dernier reste néanmoins très joueur. Des bannières attractives sur le plan visuel ne suffisent pas. Il faut qu’elles soient associées à un aspect ludique pour optimiser sensiblement le nombre de clics sur un même site. Aussi afin de générer du trafic, il est judicieux de proposer de gagner quelque chose avec des accroches publicitaires du type “cliquez ici pour recevoir des cadeaux”.

2. Asseoir la notoriété de la marque : La centrale d’achat américaine, Avenue A, a mesuré que 80% des achats proviennent d’internautes qui n’ont pas cliqué immédiatement sur une bannière, mais qui se sont connectés au site après exposition.

3. Réaliser des ventes : Sur les 0,4% de clics obtenus par une bannière, seulement 1% de ceux-ci sont transformés en achat. Comme pour le jeu, les internautes sont friands de bonnes affaires. Ils n’hésitent pas à participer à des concours ou à profiter de réductions. La meilleure méthode pour les attirer est d’afficher le prix comme sur un prospectus, en indiquant le montant de la réduction accordée. Le bénéfice direct pour l’internaute doit s’exprimer en peu de mots avec un “Je”Égagne, bénéficie, profiteÉ.

LE COÛT D’UNE BANNIERE ?

Le CPM qui est l’abrégé de CPMPAP (Coût pour mille pages avec publicités vues) oscille entre 150 et 200 F.HT pour un site généraliste et peut grimper à 500 ou 750 F. lorsque l’audience est qualifiée. En fonction du trafic du site (nombre de pages vues), il est néanmoins courant d’obtenir de 30 à 50% de remises et d’atteindre en période de bouclage moins de 55 F. au CPM.

Parmi les pratiques habituelles dans l’achat de pub en ligne, il est possible de négocier des bannières gracieuses en proportion du nombre de celles achetées. L’échange-marchandise (troc) est également une solution, notamment lorsque les sites cherchent des dotations pour les concours qu’ils organisent.