a) Remplir les fiches HEREDIS en commençant par soi (ou ses enfants) à partir de ses connaissances personnelles.

b) Cocher pour chaque personnage la case “acte à rechercher”.

c) Donner une approximation si l’on n’est pas sûr de la date (ex. vers 1850, ou entre 1840 et 1920). Ne mettre le lieu que si la date est exacte.
Pour les approximations, voici quelques fourchettes acceptables :

Naissance du père entre 80 ans avant la naissance du dernier enfant et 15 ans avant la naissance du premier enfant.
Naissance de la mère entre 50 ans avant la naissance du dernier enfant et 15 ans avant la naissance du premier enfant.
Mariage des parents (cas légitime) entre 50 ans avant la naissance du dernier enfant et la veille de la naissance du premier enfant.
Décès entre la naissance du dernier enfant (- 1 an) et l’âge de 105 ans.

d) Dans la note sur l’individu, si les dates sont imprécises ou inconnues (fourchette), mettre des indications d’années précédées de “n” (naissance), “m” (mariage), “d” (décès) pour les dizaines d’années antérieures aux fourchettes, et la dizaine inférieure (ex. : naissance entre 1686 et 1724, mettre n1680 n1690 n1700 n1710 n1720). Ceci n’est valable que pour les dates postérieures au XVIIème siècle, pour les événements pour lesquels on peut espérer retrouver les actes dans un dépouillement de paroisse ou de notaire. Remplir les notes de cette manière peut sembler extrêmement fastidieux (et l’est en effet) mais l’efficacité du procédé est réelle dès que l’on peut trouver des tables décennales.

e) Dresser la liste alphabétique des individus de la généalogie.

f) Créer un fichier « bis », en supprimant tous les personnages nés après 1850. On peut aussi séparer son fichier en 8 ou 16 fichiers à partir des Numéro SOSA 8 à 15 ou 16 à 31. C’est l’option que j’ai choisie communiquer plus facilement avec les cousins (Cf. Généalogie personnelle pour un exemple).

g) Dans HEREDIS, faire un export GEDCOM par fichier.

h) Sur GENEANET, envoyer son fichier.

i) Le lendemain (ou plus tard), faire une recherche automatique dans GENEANET.

j) Si la recherche aboutit (vous avez un patronyme commun avec un autre généalogiste dans la même commune : peut-être êtes-vous cousins, peut-être l’autre généalogiste a-t-il des connaissances sur vos ancêtres ; dans tous les cas, ne pas laisser passer cette chance)

If you are struggling to make head or tail of online slots Canada, you can buy one of the many guide books available on playing slots.

Contacter l’intéressé.
Si votre généalogie n’est pas accessible par Internet, lui faire part de vos connaissances par un export GEDCOM ou HEREDIS zippé.
Si sa généalogie est accessible par Internet, profiter de ses connaissances sans oublier de le remercier, sinon, lui demander de vous communiquer une partie de ses fichiers par export HEREDIS ou GEDCOM de préférence zippé.
Exploiter les connaissances récupérées de cette manière en retournant au a)

k) Si la recherche n’ aboutit pas, demander l’aide de sa famille.